Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2013

Appel de République et Socialisme pour la marche du 1er décembre

République et Socialisme appelle les citoyens et citoyennes à participer massivement à la marche du 1er décembre initiée par le Front de gauche pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA.

L’injustice fiscale et sociale qui frappe notre pays est insupportable. Cette politique continue d’entraîner le pays dans la stagnation économique, elle amène toujours plus de chômage et de licenciements. Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au grand patronat et aux privilégiés et en continuant la destruction des services publics et de la protection sociale. C’est inacceptable et cela bafoue le principe républicain d’un impôt juste.

Cette marche partira à 13H 30 de place d’Italie en direction de Bercy et se terminera Place Léonard-Bernstein.

Tous ensemble, participons à cette marche pour imposer un changement de cap politique

Logo R&S-FdG Grand.jpg

Le 1er décembre, marchons pour la révolution fiscale !

tract,front de gauche,marche,1er décembre,révolution,fiscale,taxation,capital,tva,justice,sociale,injustice,budget,impôt

29/11/2013

Appel du monde de l’agriculture à la marche du 1er décembre pour une révolution fiscale

Nous, acteurs du monde de l’agriculture, appelons à la marche du 1er décembre pour une révolution fiscale. Nous nous opposons à la hausse de la TVA qui pénalisera principalement les milieux populaires. Les politiques austéritaires et l’accroissement de la TVA les obligeront à se serrer encore plus la ceinture. Cette politique constitue donc un frein à un objectif que nous considérons comme prioritaire : l’accès de tous à des produits alimentaires de qualité et pour la production desquels les agriculteurs et les salariés agricoles et des entreprises agro-alimentaires sont correctement rémunérés.

Dans l’agriculture même, les régimes fiscaux et sociaux actuels sont injustes, avec des taux de cotisation souvent plus élevés pour les plus petites exploitations que pour les grandes. Les exonérations de cotisations sur les plus-values encouragent par ailleurs au sur-investissement, à la croissance d’un modèle agricole productiviste destructeur des emplois et de l’environnement.

Dans l’agriculture, nous appelons à une refonte globale des systèmes fiscaux et sociaux, avec un régime plus juste progressif, déclaratif et simplifié, permettant à chacun de cotiser selon ses moyens et encourageant l’emploi et non la course au surinvestissement.

Liste des premiers signataires : Abderrahmane Bendafi, membre de la Condéfération paysanne des Bouches du Rhône – Jean-Pierre Boinon, professeur retraité d’économie agricole – Vasco Bossio, agriculteur récemment installé sans aides PAC, Drôme – Odile Carol, co-secrétaire du PG de l’Aude – Xavier Compain, dirigeant du PCF, ancien président du MODEF – Odile Delonca-Vivès, fille d’une arboricultrice décédée d’un cancer causé par des produits phytosanitaires, Dordogne – Françoise Dureau, enseignante agricole, Puy-de-Dôme – Romain Dureau, étudiant en agriculture, Puy-de-Dôme – Paule Frachon, PG Val-de-Marne – Henri Grac – Jean-Christophe Kroll, professeur d’enseignement supérieur agronomique – Raymond Leduc, membre fondateur de la Confédération paysanne Ile-de-France – Laurent Levard, responsable agriculture du Parti de Gauche – Alain Le Vot, responsable d’AMAP, Yvelines – Xavier Maunoury, paysan bio, Orne – Ambroise Mazal, membre de la commission agriculture du PCF – Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale Rhône-Alpes, membre du bureau de la commission agriculture et développement rural du Conseil régional – Albert Ody, paysan retraité, membre de la Confédération paysanne de la Mayenne – Gérard Pigois, syndicaliste de l’enseignement agricole public – Daniel Razzo, viticulteur, membre Condédération paysanne, co-secrétaire PG Aude – Maryvonne Rocheteau, PG Val-de-Marne – Laurence Sauvage, conseillère régionale PG Nord-Pas-de-Calais, Vice-présidente de la Commission Alimentation, régionalisation de l’agriculture et ruralité du Conseil régional – Patrick Simon, ingénieur agronome – Frédéric Tedesco, éleveur bio, adhérent Confédération Paysanne de l’Aude, Bernard Terris, consultant (Essone)

 

Pour la révolution fiscale !

28/11/2013

Appel de 100 personnalités à la marche du 1er décembre

Dimanche 1er décembre
Contre l’injustice fiscale et sociale
Pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA


L’injustice fiscale et sociale qui frappe notre pays est insupportable. Cette politique continue à entraîner le pays dans la stagnation économique, elle amène toujours plus de chômage et de licenciements. Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au patronat et en continuant la destruction des services publics et de la protection sociale. C’est inacceptable et cela bafoue le principe républicain d’un impôt juste. La hausse de la TVA prévue le 1er janvier en est l’exemple le plus scandaleux puisque prévue pour pallier une partie des 20 MDS d’Euros accordés au patronat sans aucune conditionnalité. La colère populaire contre les conséquences de l’austérité est juste et légitime. La droite, le Medef, l’extrême droite essaient aujourd’hui de la dévoyer. Leurs objectifs n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple : il ne faut pas les laisser faire.

Il est temps de réagir. C’est pourquoi nous nous joignons à l’appel à la grande marche du dimanche 1er décembre à Paris pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA. Cette marche, qui partira de Place d’Italie, se dirigera vers le « portique » de Bercy, symbole de la politique du gouvernement Ayrault, plus favorable au Medef et à la finance qu’aux salariés et à la grande masse de la population.

Cette manifestation aura lieu également au moment du vote du budget d’austérité auquel nous nous opposons et sur lequel nous appelons tous les parlementaires élus en juin 2012 pour faire une autre politique à voter non.

Il est temps pour ceux qui ont voulu la défaite de Nicolas Sarkozy, et enragent de voir sa politique continuer à être appliquée, de se mobiliser le plus largement possible dans l’unité la plus large afin d’imposer d’autres choix.

Les 100 premiers signataires :

Paul Aries, rédacteur en chef du mensuel les Z’indigné(e)s.
Gerard Aschieri, syndicaliste
Marc ASTASIE, Secrétaire Général CGT Pénitentiaire
Pierre Aucouturier Professeur des Universités – Praticien Hospitalier Université Pierre et Marie Curie
Ana Azaria, Présidente de Femmes Egalité
Richard Benarous, Directeur scientifique Biotechnologie

Nicolas Bénies, économiste
Alain Bihr, sociologue
Dr Hervé BOKOBZA, Psychiatre
Françoise Bonthoux, Professeur Emérite des Universités
Lionel Burriello, secrétaire général de la CGT Arcelor-Mittal
Bernard Cassen, Secrétaire général de Mémoire des luttes.
Alain CHABERT Psychiatre hospitalier, syndicaliste
Jean Chey: paysan syndicaliste, secrétaire national du MODEF
Xavier Compain , syndicaliste paysan,ancien président national du modef .
Jacques Cossart, Économiste
Pierre COURS-SALIES, Professeur émérite en sociologie
Claude Debons, syndicaliste
Del Volgo Gérard, compositeur.
Angélique Debruyne, syndicaliste sodimedical
Bernard Defaix, Convergence nationales des collectifs de défense et de développement des Services Publics
Sophie de Larochefoucauld, comédienne
Louis Dilasser ex secrétaire général du SYAC CGT Syndicat National du Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la forêt et des établissement publics.
Cédric Durand universitaire
Txetx Etcheverry, Militant altermondialiste, Bayonne
Nathalie Ethuin, Maitre de conférences science politique
Guillaume Etiévant, économiste
Michèle Fernandez Musicienne
Pascale Feutrier, écrivain
David Flacher, économiste atteré membre d’Utopia
Jean-Pierre Fourré, ancien vice président de l’Assemblée nationale, député honoraire et gérant des Editions de Matignon
Hélène Franco magistrate syndicaliste
Bernard Friot, économiste
Claudine Galea, écrivain
William Gasparini, professeur université Strasbourg, sociologie du sport
Elisabeth Gauthier, Transform
Bertrand Geay, professeur de science politique à l’Université de Picardie
Susan George, écrivain
Jacques Généreux, économiste
Karl Ghazi, responsable syndical commerce
Jeannette Habel, politologue, universitaire
Jean-Marie Harribey, économiste
Michel Husson, Economiste
Marianne Journiac, syndicaliste CGT APHP
Patrick Kamenka journaliste syndicaliste snj cgt.
Medhi Kemoune syndicaliste Air France
Razmig Keucheyan, maître de conférences en sociologie, Paris-Sorbonne (Paris IV).
Pierre Khalfa, fondation Copernic
Stathis Kouvélakis, universitaire, King’s College Londres.
Frédéric Lebaron, sociologue
François Lanthéaume universitaire
La Parisienne Libérée, chanteuse
Anne Leclerc, éducatrice syndicaliste
Patrick Le Hyaric directeur de L Humanite
Matthieu Le Quang, Politologue.
Laurent Lévy, essayiste`
François Longérinas, journaliste, dirigeant de SCOP
Henri Maler, retraité de l’Education Nationale
Marc Mangenot, économiste Fondation Copernic
Roger Martelli, Directeur de la rédaction de Regards
Jean-Pierre Martin, psychiatre
Christiane Marty, féministe, membre du Conseil scientifique d’ATTAC
Xavier Mathieu, CGT ex Conti
Gérard Mauger, Sociologue, Directeur de recherches émérite CNRS.
Claude et Simone MAZAURIC, Professeurs émérites des universités
Caroline MECARY, avocate, Fondation Copernic
Claude Michel syndicaliste culture
Didier Minot, militant associatif, fondateur du Réseau des écoles de citoyens (RéCit)
Corinne Morel Darleux, membre de la Fondation Copernic
François Morin, économiste
Josiane Nervi  Maitre de conférences en mathématiques  Université de Starsbourg.
Jean ORTIZ, Universitaire
Henri Péna-Ruiz, philosophe et écrivain
Jean-René PENDARIES, sociologue
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues
Louis Pinto, sociologue, Directeur de recherches CNRS
Gilles Raveaud, économiste (Alternatives économiques)
David Ricatte syndicaliste Air France
Rosemay Rousseau, Syndicaliste USAP CGT
François Ruffin, journaliste
Luc Schaffauser, syndicaliste, responsable national
Philippe SCHEPENS, professeur à l’université de Franche-Comté
Jean-Paul Scot, historien
Lucien Sève, philosophe.
Evelyne Sire-Marin, magistrate, syndicaliste
Pierre Somme syndicaliste Conti
Mylène Stambouli, avocate, militante des Droits de l’Homme
Philippe Sultan, haut fonctionnaire
Jean-François Téaldi, journaliste, syndicaliste audiovisuel public »
Jean-Pierre Terrail, sociologue
Bernard Teper Journal Respublicae
Christian Topalov Directeur de recherche EHESS
Catherine Tricot, architecte
Boris VALENTIN, Professeur en archéologie.
Céline Verzelletti, responsable syndicale
Stephane Veyer, dirigeant de SCOP
Louis Weber Coordinateur de la rédaction de la revue Savoir/Agir
Serge Wolikow, historien, professeur émérite des Universités,
Malika Zediri militante association chômeurs et précaire

 

Pour la révolution fiscale !

27/11/2013

Appel des Français de l’étranger pour la Marche du Ier décembre et la révolution fiscale

Non ! Nous, citoyens français résidant hors de France, ne pouvons tolérer la politique de réaction fiscale menée par le gouvernement Ayrault : une hausse des impôts et une augmentation de la TVA qui frapperont à nouveau les mêmes, les précaires et la classe moyenne, pour offrir dans le même temps 20 milliards de cadeaux fiscaux au MEDEF, sans contrepartie ! Manifestement, ce sont uniquement les injonctions de Bruxelles qui semblent dicter cette logique austéritaire. La dette, présentée comme une légitimation des politiques d’austérité budgétaire, n’est pas une fatalité, mais la conséquence d’un modèle économique basé sur la spéculation financière plutôt que sur la satisfaction des besoins humains.

C’est d’abord l’évasion et la fraude fiscale qu’il faut combattre, alors que des centaines de milliards échappent au fisc tous les ans. Il faut poursuivre ceux qui comme l’ancien ministre du budget Cahuzac cachent leur argent à l’étranger. Il faut aussi imposer ceux de nos citoyens les plus fortunés qui sont partis s’installer hors de France pour ne pas avoir à contribuer à l’effort national. C’est comme cela que l’on pourra inverser la logique de désengagement de l’Etat que le gouvernement Ayrault accentue en France et à l’étranger (démantèlement du réseau consulaire, scolaire et culturel).

Face à la multiplication des taxes, nous prônons une vraie révolution fiscale, pour un impôt progressif qui ne favoriserait pas les grands groupes au détriment des classes populaires, qui mettrait fin aux privilèges fiscaux des possédants et qui assurerait une juste répartition des richesses, dans un pays qui n’en a jamais eu autant de toute son histoire.

Dans nos pays d’accueil respectifs, nous combattons aussi ces politiques et la mise en place de taxes injustes qui pèsent sur les plus modestes comme la Bedroom Tax britannique ou l‘envolée de la TVA et des frais de justice en Espagne…

Nous appelons donc à se mobiliser massivement, lors de la marche pour une Révolution Fiscale, dimanche 1er décembre 2013, qui convergera vers le Ministère des Finances à Bercy.

Nous, Français de l’Etranger, unis par le contrat social universel qui nous relie à la République, appelons nos concitoyens de l’étranger à se mettre en mouvement, pour que résonne la révolte citoyenne du peuple français.

Premiers signataires

Michèle Parravicini, candidate FDG aux législatives 8ème circo FE, Grèce
François Ralle Andreoli, Bureau National Parti de Gauche, Espagne
Vincent Buard, Gauche Unitaire, Kenya
Jean-Louis Touton, enseignant, Gauche Anticapitaliste, Nigéria
Jean-Pierre Lohrer, retraité de l’aviation, Espagne
Tatiana Jarzabek, co-secrétaire dépt. FE Parti de Gauche, GB
Loïc Petitguillaume, adhérent de Français du Monde, Washington, Etats-Unis
Guillaume Delarue, informaticien, Grande-Bretagne
Claire Martin Hernandez, employée secteur humanitaire, Espagne
David Gomes, enseignant, Nairobi, Kenya
Anne Stambach, San Francisco, Etats-Unis
Hélène Koutsounouris, traductrice, Royaume Uni
Thomas Van Zvol, co-secrétaire dépt. FE Parti de Gauche, Belgique
Guillaume Mariel, libraire, Italie
Céline Meneses, Bureau National Parti de Gauche, Quito, Equateur
Jean-Baptiste Ribet, enseignant, Madrid, Espagne
Thomas Piton, enseignant, Madrid, Espagne

 

Pour une révolution fiscale !

26/11/2013

NON à la HAUSSE de la TVA sur les TRANSPORTS PUBLICS

 CONVERGENCE NATIONALE RAIL vient d'adresser aux Sénateurs le courrier ci-dessous.

Afin d'appuyer l'interpellation de la CNR auprès des Sénateurs, je signe cette pétition pour exiger l'abandon de la hausse de la TVA de 7 à 10% sur les Transports Publics au 1er janvier 2014.

Je demande aux Sénateurs de voter contre cette disposition dans le cadre de l'examen de la loi de finances 2014 du 22 novembre au 10 décembre 2013.

 

Courrier de la CNR aux Sénateurs

 

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

 

Nous vous invitons à prendre connaissance de notre prise de position émise dans notre Bulletin d'information d'octobre 2013, concernant la programmation par le gouvernement d'une augmentation du taux de TVA sur les Transports Publics.

"Le gouvernement ne veut rien entendre et maintient ses directives alors que dans le même temps le cinéma profitera, lui, du taux réduit à 5%... allez comprendre!

En novembre 2011, quand le taux de TVA était passé de 5,5 à 7%, L'Union des Transports Publics et Ferroviaires (UTP) et le GART avaient calculé que cette hausse coûtetait 50 millions d'euros aux collectivités locales et urbaines, et 33 millions aux Régions. Cette hausse avait été en grande partie absorbée par les collectivités, notamment pour les transports scolaires et n'avait été que peu (ou pas) répercutée sur les utilisateurs. Il en sera autrement en 2014, car ces mêmes collectivités ne peuvent plus absorber fianncièrement cette nouvelle hausse.

D'ores et déjà, la SNCF a annoncé une hausse moyenne de ses tarifs de 4%, à un moment où il y aurait lieu de favoriser les transports collectifs. C'est un mauvais coup que le gouvernement lui porte. La CNR, comme nombre d'autres associations d'usagers des Services Publics de transport, demande que cette taxe soit ramenée à 5% au lieu des 10% prévus pour 2014."

 

Cette augmentation injustifiée et qui grèvera les ressources déjà bien entamées des citoyens usagers des Transports publics a, hélas, déjà été acceptée par vos collègues parrlementaires de l'Assemblée Nationale. Nous vous demandons de remettre en cause cette soumission hâtive et antidémocratique d'un nombre trop conséquent de députés en refusant de voter cette augmentation.

 

Merci de dire "NON" à l'augmentation du taux de TVA appliqué aux Transports publics.

 

Nous vous prions d'agréer, Madame la Sénatrice, monsieur le Sénateur, l'assurnace de nos sentiments les meilleurs.

 

 

Le Bureau de Convergence Nationale Rail:

Patrick DELFOSSE, Président - Didier LE RESTE, Vice-président - Pierre MENARD, Secrétaire

Véronique DRUKMAN, Secrétaire-adjointe - Vincetn JOUILLE, Trésorier


Pour signer la pétition.