Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2015

Second tour des élections départementales en Seine-et-Marne : la gauche est à reconstruire sur le département !

Si le Front National n'a remporté aucune majorité départementale, les résultats du second tour des élections départementales ont confirmé et amplifié les tendances du premier : les candidats UMP, UDI, MoDem et divers droite obtiennent près de 45% des suffrages, contre 29% pour ceux de la gauche dans son ensemble et 26% pour ceux du FN. Si ces données sont nécessairement influencées par le taux de présence au second tour de chacune des forces politiques, elles n'en sont pas moins significatives du nouveau rapport de force électoral en France depuis 2012, dans lequel la gauche dans toutes ses composantes réunit moins d'un tiers des suffrages, tandis que la droite sous toutes ses formes devient hégémonique avec plus de deux tiers d'entre eux, hégémonie marquée par une forte présence de l'extrême-droite.

Au niveau départemental en Seine-et-Marne, cette tendance nationale est largement confirmée. Si, au contraire du Var, la gauche demeure représentée au Conseil Départemental, elle est réduite à portion congrue, puisque n'ayant plus que 8 conseillers départementaux sur 46. Que ce soit à Mitry-Mory pour le binôme Front de Gauche, à Combs-la-Ville et à Pontault-Combault pour les binômes PS (sur le canton de Champs-sur-Marne, avec le retrait du binôme Front de Gauche - Europe Écologie Les Verts - Mouvement Républicain et Citoyen arrivé deuxième, le binôme PS était seul en lice au second tour), la gauche ne l'a emporté que confrontée au FN. Dans tous les cas de duel entre le PS et l'UMP-UDI, cette dernière l'a emporté.

Si la droite l'emporte largement contre le FN, les situations sont contrastées d'un canton à l'autre, et les résultats supérieurs à 40% pour le FN ne sont pas rares (8 sur 15 binômes qualifiés au second tour). Aussi bien en 2008 qu'en 2011, les candidats du FN avaient régulièrement franchi les 30% dans les cantons où ils s'étaient qualifiés, mais ces élections ont marqué pour lui le franchissement d'un nouveau pallier.

Après le retrait des binômes FdG-EELV-MRC sur le canton de Champs-sur-Marne et PS-FdG sur celui de Nangis, le Front de Gauche n'avait plus au second tour de candidats que sur le canton de Mitry-Mory. Le binôme Front de Gauche, largement devancé au premier tour, réalise au second contre celui du FN un résultat comparable à celui enregistré au second tour par les élus PCF et divers gauche (puis PG) des anciens cantons de Mitry-Mory et Dammartin-en-Goele (que le nouveau canton de Mitry-Mory recouvre à peu près), alors qu'ils étaient confrontés en 2008 à l'UMP.

 

Malgré un bilan honorable, la majorité sortante de gauche a été totalement balayée dans les urnes, ce dès le premier tour. Au second, la gauche n'a pu l'emporter que confrontée au FN. Ce résultat amplifie celui des élections municipales de l'année dernière, et confirme le diagnostic que nous avions alors porté sur la situation : en Seine-et-Marne, la gauche est littéralement à reconstruire.

 

Résultats des seconds tours :

- canton de Champs-sur-Marne : PS 100%

- canton de Chelles : UMP-UDI 73,68% ; FN 26,32%

- canton de Claye-Souilly : UMP 59,04% ; FN 40,96%

- canton de Combs-la-Ville : PS 60,74% ; FN 39,26%

- canton de Coulommiers : UMP-UDI 56,22% ; FN 43,78%

- canton de Fontainebleau : UMP 68,49% ; FN 31,51%

- canton de Fontenay-Trésigny : UMP 60,17% ; FN 39,83%

- canton de La-Ferté-sous-Jouarre : UMP 58,13% ; FN 41,87%

- canton de Lagny-sur-Marne : UMP-UDI 68,03% ; FN 31,97%

- canton de Melun : UMP 65,44% ; FN 34,56%

- canton de Nangis : UMP 56,95% ; FN 43,05%

- canton de Nemours : UMP 57,76% ; FN 42,24%

- canton d'Ozoir-la-Ferrière : UMP 69,28% ; FN 30,72%

- canton de Pontault-Combault : PS 59,77% ; FN 40,23%

- canton de Provins : UMP 57,82% ; FN 42,18%

- canton de Saint-Fargeau-Ponthierry : UMP 53,72% ; PS 46,38%

- canton de Savigny-le-Temple : UMP-UDI 52,66% ; PS 47,34%

- canton de Meaux : UMP 72,75% ; FN 27,25%

- canton de Montereau-Fault-Yonne : UDI 64,21% ; FN 35,79%

- canton de Mitry-Mory : FdG 54,66% ; FN 45,34%

- canton de Serris : UMP 67,87% ; FN 32,13%

- canton de Torcy : UMP-UDI 50,80% ; PS 49,20%

- canton de Villeparisis : UMP 63,55% ; FN 36,45%

25/03/2015

Déclaration de République et Socialisme suite aux élections départementales

 

Paris le 23 Mars 2015

 

 

Élections départementales, déclaration de République et Socialisme

 

 

 

 

Les élections départementales ont été marquées par une forte abstention. Le Front national et la droite progressent. La gauche marque un fléchissement notamment dû au recul du Parti socialiste.

 

Ces élections sont avant tout un désaveu pour la politique d’austérité menée par le gouvernement, contre tous les combats de la gauche, privilégiant la finance au peuple, désastreuse sur le plan économique comme social, et destructrice de nos services publics, et de nos solidarités. Au lieu de stopper la casse des acquis sociaux, le gouvernement l'accélère. Il n'est dès lors pas étonnant qu’une très grande partie de l’électorat de gauche ne se reconnaisse pas dans la politique menée nationalement.

 

Pour réduire la portée de ce rejet dans l'électorat populaire et l'exigence d'une alternative à gauche, le ministère de intérieur s'est livré à un véritable tripatouillage des étiquettes.

 

Ainsi ont été classées en «divers gauche» des candidatures FDG/EELV et FDG/Citoyens. Loin des chiffres annoncés par le ministère (6%) la totalisation des candidatures soutenues par le Front de gauche s'élève à 9,4% des voix sur la métropole.

 

Les électeurs et électrices ont malgré tout montré par leur vote leur attachement au rôle que jouent les départements dans la gestion quotidienne des collèges, du transport, des services sociaux.

 

Face à un Front national qui surfe sur les angoisses et les peurs, qui développe des thématiques xénophobes et qui se focalise sur la recherche de boucs émissaires, face à une droite qui flirte avec les mêmes idées et prône encore plus d’austérité, la construction d’une alternative politique démocratique et porteuse de progrès social est plus que jamais à l’ordre du jour.

 

Au second tour, l’urgence est de barrer la route au Front National et à la droite. Nous savons que la gestion par l'union de la gauche pour mener une véritable politique de gauche est le seul moyen de redresser durablement notre pays et réorienter vers les partis de la gauche républicaine les jeunes et les salariés, ouvriers et employés.

 

Afin de ne pas subir encore plus de régressions sociales dans les départements, République et Socialisme appelle à voter pour que les élus portant des idées de gauche soient les plus nombreux possible et permettent l'élection de majorités progressistes. 

 

 

 

Contact presse : Jean-Pierre Fourré 0633879842

Contact : webmaster@republiqueetsocialisme.fr

www.facebook.com/republique.socialisme

https://twitter.com/RepetSoc  

 

République et Socialisme 44bis rue Philippe de Girard 75018 Paris

24/03/2015

Communiqué des candidats Front de Gauche - Europe Écologie Les Verts du canton de Melun

Une gauche écologiste fidèle à ses convictions, aux côtés de celles et ceux qui luttent et veulent en finir avec les politiques d’austérité et un productivisme nuisible aux humains et à nos territoires, existe et s’enracine sur le canton de Melun. Nous remercions chaleureusement les 1545 électrices et électeurs qui avec nous n'ont pas renoncé à changer de société.

Avec près de 11% des suffrages (12,35% sur Melun) le rassemblement de citoyenEs, du Front de gauche et des écologistes fait la preuve qu'une gauche populaire de transformation sociale et écologiste peut offrir de nouvelles perspectives. Nous continuerons à porter haut et fort ce message d’espoir dans les semaines à venir.


Au lendemain du premier tour nous prenons acte de la présence au second tour d’un candidat de droite et d’un candidat du Front national. Tout notre combat militant nous conduit à nous opposer fermement à toute forme de racisme et de xénophobie et à dénoncer l'imposture politique que représente l'extrême droite. Notre ligne est claire : nous voulons le rassemblement de toutes les forces citoyennes et politiques de gauche et écologistes qui luttent pour sortir du productivisme et du capitalisme, qui s'engagent pour la paix et la concorde entre les peuples.

Là est pour nous le seul chemin pour faire reculer durablement les idéologies populistes et xénophobes.


Bénédicte Monville-De Cecco (EELV), Yves Rémy (PCF), Farida Atigui (FDG) et Julien Guérin (République et Socialisme)

23/03/2015

Panorama global en Seine-et-Marne après les départementales

Le premier tour des élections départementales a eu lieu dimanche dernier. Marquée par une forte abstention (inférieure au renouvellement de 2011 mais supérieure à celui de 2008), ce scrutin a vu le Front National s'établir nationalement sensiblement au même niveau que lors des élections européennes (25%).

Si la droite est confortablement en tête, l'UMP ne bénéficie pas d'une forte dynamique au-delà de ce que lui donnaient les sondages (environ 30%), et le poids des candidatures divers droite concurrentes des siennes est loin d'être négligeable (6%).

À gauche, c'est une déroute pour le Parti Socialiste, les candidatures qu'il soutenait réunissant moins de 20% des suffrages au niveau national. Cependant, la gauche dans son ensemble représente plus de 35% des suffrages exprimés. En particulier, les candidatures du Front de Gauche, seul, élargi à des démarches citoyennes et/ou en alliance avec d'autres forces (Europe Écologie - Les Verts, Nouvelle Donne, Mouvement Républicain et Citoyen, etc), ont réuni environ 10% des voix. C'est là une nette progression par rapport aux élections cantonales de 2008 et 2011 (renouvellement de la moitié des cantons à chaque fois).

 

En Seine-et-Marne, les candidatures portées par le Front de Gauche ont réunit près de 36 000 voix, soit 9,26% des suffrages. Ramené aux seuls cantons où il était présent, ce sont 10,86% des suffrages qu'il réunit.

La progression par rapport aux élections cantonales précédentes est importante. En effet, aux élections cantonales de 2011, les candidatures du Front de Gauche réunissaient 7,92% des suffrages, et à celles de 2008, le PCF en obtenait 4,93%, soit au total sur les deux renouvellements 6,26% des voix pour les candidatures PCF puis Front de Gauche sur le département.

 

Les binômes portés par le Front de Gauche sont présents au second tour dans trois cantons : celui de Champs-sur-Marne, celui de Mitry-Mory et celui de Nangis (dans le cadre d'une candidature commune PS-FdG).

La gauche est cependant éliminée du second tour dans 15 des 23 cantons. Elle a ainsi la certitude de perdre la majorité au Conseil Départemental.

 

En Seine-et-Marne comme ailleurs, la progression du FN a été forte. Si aux cantonales de 2008 et 2011 il avait qualifié en tout 22 de ses candidats au second tour sur 43 cantons - ce qui était déjà des résultats particulièrement élevés -, il est aujourd'hui présent au second tour dans 19 des 23 cantons, le plus souvent face aux candidats de l'UMP.

 

 

Résultats des candidatures du Front de Gauche et alliés au premier tour par canton en Seine-et-Marne :

- canton de Champs-sur-Marne : 21,63% (binôme FdG-EELV-MRC présent au second tour face au PS)
- canton de Chelles : 6,88%
- canton de Claye-Souilly : 15,97%
- canton de Combs-la-Ville : 11,99% (binôme EELV-PG)
- canton de Fontainebleau : 6,07%
- canton de La-Ferté-sous-Jouarre : 9,02% (binôme FdG-EELV)
- canton de Lagny-sur-Marne : 8,01%
- canton de Meaux : 7,76% (binôme FdG-EELV)
- canton de Melun : 10,77% (binôme FdG-EELV)
- canton de Mitry-Mory : 27,73% (présent au second tour face au FN)
- canton de Montereau : 8,38%
- canton de Nangis : 29,08% (binôme PS-FdG, présent au second tour face au FN et à l'UMP)
- canton de Nemours : 6,87%
- canton d'Ozoir-la-Ferrière : 5,78%
- canton de Pontault-Combault : 12,81% (binôme FdG-EELV)
- canton de Saint-Fargeau-Ponthierry : 7,82% (binôme FdG-EELV)
- canton de Savigny-le-Temple : 8,11%
- canton de Serris : 6,45%
- canton de Villeparisis : 7,73%

(pas de candidature Front de Gauche sur les cantons de Coulommiers, Fontenay-Tresigny et Provins)

03/03/2015

Bâtir un département de proximité et de solidarité

Tract de la campagne de la candidature commune Front de Gauche - EELV sur le canton de Melun :

Télécharger le tract au format .pdf.