Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2016

Le droit à l'avortement en passe d'être interdit et criminalisé en Pologne !

 Fruit de longues luttes du mouvement féministe et progressiste, le droit à l'avortement est une conquête essentielle et une des grandes étapes de l'émancipation des femmes. C'est dans une presque indifférence que ce droit est en train d'être attaqué et remis en cause en Pologne. Dirigé d'une main de fer par le parti ultra-conservateur Droit et Justice depuis le printemps 2015, la Pologne est en train de prendre un inquiétant virage réactionnaire. Appuyé par la hiérarchie de la  puissante Église catholique polonaise, le gouvernement est en train de faire passer au Parlement une loi qui interdirait, non seulement l'avortement, mais criminaliserait les femmes qui tenteraient d'y avoir accès clandestinement ainsi que les médecins qui leur viendraient en aide. Une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans d'emprisonnement serait infligée aux récalcitrant(e)s à ce nouvel ordre moral qui exalte les valeurs de la famille traditionnelle et renvoie les femmes polonaise à l'âge de pierre.
 Déjà réduite à sa portion congrue et réservée aux cas extrêmes (viol, malformation détectée lors de la 1er échographie) l'IVG se verrait donc bientôt purement et simplement rayée d'un trait de plume dans un pays membre de l'UE depuis 2004. Ce droit à l'avortement a déjà été menacé à plusieurs reprises ces dernières années en Pologne. Aux début des années 1990 une mobilisation de masse de la société polonaise avait repoussé un premier assaut contre la liberté des femmes. En 2011, la droite catholique et réactionnaire était, en vain, revenue à la charge.

 Une pétition, déjà signée par plus de 300 000 citoyens polonais, circule dans le pays et tente d'alerter les populations sur cette régression qui se prépare. Des manifestations ont déjà eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays mais l'action de protestation est encore trop faible pour faire reculer le gouvernement. Les autorités de l'UE, pourtant si promptes à intervenir pour contrer les politiques anti-austérité en Grèce ou au Portugal, restent pour l'heure de marbre. La riposte se prépare néanmoins et un rassemblement de protestation est organisé devant l'ambassade de Pologne à Paris le 2 octobre.

Défendre les droits des femmes polonaises et faire connaître leur combat est une impérieuse nécessité au moment où, en France aussi, mais de manière plus insidieuse, le droit à l'avortement est attaqué. Fermeture de centres IVG, propos publics et répétés de dirigeants de droite et d'extrême-droite menaçant de dérembourser cet acte si d'aventure ils prenaient le pouvoir, culpabilisation des femmes par les intégrismes de tout poil : ici aussi l'heure est à la mobilisation générale.

 Julien GUERIN

Les commentaires sont fermés.