Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2014

Lettre ouverte du Combat Républicain à François Hollande

République et Socialisme 77 relaie la lettre ouverte / pétition adressée à François Hollande par Combat Républicain, Journal pour la République et le Socialisme dirigé par Pierre Carassus, ancien député élu en Seine-et-Marne, ancien maire de Vaulx-le-Pénil et ancien secrétaire secrétaire national du Mouvement Des Citoyens (MDC). Nous invitons nos lecteurs à signer cette pétition.

 

Un grand vent de colère souffle dans notre pays. Principal motif du mécontentement : la politique d’austérité appliquée par le gouvernement à l’instigation de l’UE et des marchés financiers.

Pourtant, aucune fatalité ne désigne les classes moyennes et populaires comme victimes propitiatoires de cette politique. Produits du travail de leurs salariés, des milliards d’euros enrichissent chaque année, sous la forme de dividendes, les actionnaires des sociétés du CAC 40. C’est là qu’il est possible de trouver les ressources dont l’Etat a besoin pour assainir ses finances. Il reviendra à la représentation nationale de légiférer au mieux dans ce sens – celui de l’intérêt général.

C’est pourquoi COMBAT REPUBLICAIN prend l’initiative de rédiger et d’adresser une lettre ouverte au Président de la République, signée par le plus grand nombre possible de nos concitoyens, afin que le gouvernement dépose un projet de loi assurant une plus grande justice dans le partage des efforts.

 

Soyons nombreux à la signer !

 

 
Pétition adressée à :
M. François HOLLANDE, Président de la République

 

LETTRE OUVERTE À FRANÇOIS HOLLANDE

Monsieur le Président de la République,

La politique d’austérité voulue par l’UE et les marchés financiers est aujourd’hui appliquée avec un zèle digne d’une meilleure cause par votre gouvernement. Cette austérité serait due à la dette publique, dont la charge représente le premier poste du budget de l’Etat, atteignant la somme de 47 milliards d’euros en 2013.

Or qu’est-ce que la dette publique sinon une machine infernale servant à enrichir les grands opérateurs financiers qui en détiennent les titres, dans le même temps qu’elle vampirise le budget de l’Etat ? Il en est ainsi depuis que la Banque de France en 1973, puis la Banque Centrale Européenne à sa création, se sont vu interdire le financement des déficits publics par la création monétaire.

Une fois de plus, ce sont les travailleurs et les classes moyennes qui seront ponctionnés afin de dégager, d’ici à 2017, les 50 milliards d’économies sur les dépenses publiques annoncés par le Premier ministre. Au risque de condamner un nombre croissant de Français à la pauvreté, à renoncer à se soigner, à mal s’alimenter, à ne plus pouvoir faire face aux aléas de la vie quotidienne. Alors que les profits affichés par les sociétés du CAC 40 vont permettre à celles-ci de distribuer en 2014 40 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires au titre de l’exercice 2013, selon de très sérieuses estimations !

Le monde du travail n’est pas forcément hostile aux sacrifices. Il est aujourd'hui le seul à en faire. Vous vous honoreriez, Monsieur le Président, et renoueriez un dialogue fructueux avec vos électeurs si vous preniez l’initiative de faire légiférer le Parlement dans le sens d’une plus grande justice dans le partage des efforts. C’est pourquoi, en tant que citoyens soucieux de l’avenir et de la cohésion du pays, nous nous prononçons pour "GELER" À TITRE EXCEPTIONNEL L'ATTRIBUTION DE DIVIDENDES EN 2015 ET DOTER DE 40 MILLIARDS DE RECETTES FISCALES SUPPLÉMENTAIRES LE BUDGET DE L'ÉTAT.

Au nom de la République, nous vous demandons de rester fidèle au programme que vous avez énoncé au Bourget pendant la campagne de 2012. Non, l’austérité et le déclin ne sont pas une fatalité, et mettre à contribution les profits de la finance pour relancer l’économie nationale relève aujourd’hui du devoir d’un homme d’Etat.

Dans l’espoir d’être entendus, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, nos très respectueuses salutations.

 

Cordialement,
[Votre nom]

04/12/2013

La marche du 1er décembre et ses débouchés

Communiqué du Front de Gauche

 

Le Front de Gauche se réjouit du succès de la marche du 1er décembre. Cette marche constitue la plus importante mobilisation politique de la gauche politico-sociale depuis des mois. Dans un moment où la désorientation est grande et où les syndicats patronaux, la droite et l’extrême-droite tentent de dévoyer la légitime colère populaire suscitée par la politique d’austérité du gouvernement, il s’agit d’une très bonne nouvelle. Le Front de Gauche confirme ainsi sa capacité d’initiative de masse et d’élargissement comme en témoigne la présence d’autres organisations politiques, de plusieurs structures syndicales et de nombreuses personnalités.

Le Front de Gauche entend continuer à œuvrer sur les mots d’ordre de sa marche « pour la Révolution fiscale, la taxation du capital, l’annulation de la hausse de la TVA ».

Le plus urgent est de mobiliser encore plus massivement contre la hausse de la TVA  prévue le 1er janvier. Il faut la mettre en échec. Cette hausse, matériellement insupportable pour un grand nombre de nos concitoyen-ne-s, symbolise en outre une fiscalité injuste visant à faire payer aux ménages les cadeaux au patronat. C’est pourquoi le Front de Gauche est favorable à la tenue rapide d’une réunion unitaire de l’ensemble des organisations de gauche, des syndicats, des associations concernées par la question pour examiner le cadre et les formes de mobilisation contre cette hausse.

Dans le même temps, Jean-Marc Ayrault a annoncé une remise à plat de la fiscalité. Chiche… Nous avons déjà, dans l’Humain d’abord, des propositions qui placent la justice fiscale, la redistribution des richesses et la taxation du capital au cœur de notre projet. Mais nous voulons aller plus loin en travaillant à des Etats Généraux. Leur but sera d’élaborer et de porter de la façon la plus massive possible une réforme fiscale opposée aux canons du libéralisme, auxquels obéit le gouvernement,  qui privilégient la « compétitivité et la baisse des dépenses publiques » au détriment de l’intérêt général et de l’égalité.

30/11/2013

Appel de République et Socialisme pour la marche du 1er décembre

République et Socialisme appelle les citoyens et citoyennes à participer massivement à la marche du 1er décembre initiée par le Front de gauche pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA.

L’injustice fiscale et sociale qui frappe notre pays est insupportable. Cette politique continue d’entraîner le pays dans la stagnation économique, elle amène toujours plus de chômage et de licenciements. Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au grand patronat et aux privilégiés et en continuant la destruction des services publics et de la protection sociale. C’est inacceptable et cela bafoue le principe républicain d’un impôt juste.

Cette marche partira à 13H 30 de place d’Italie en direction de Bercy et se terminera Place Léonard-Bernstein.

Tous ensemble, participons à cette marche pour imposer un changement de cap politique

Logo R&S-FdG Grand.jpg

Le 1er décembre, marchons pour la révolution fiscale !

tract,front de gauche,marche,1er décembre,révolution,fiscale,taxation,capital,tva,justice,sociale,injustice,budget,impôt

29/11/2013

Appel du monde de l’agriculture à la marche du 1er décembre pour une révolution fiscale

Nous, acteurs du monde de l’agriculture, appelons à la marche du 1er décembre pour une révolution fiscale. Nous nous opposons à la hausse de la TVA qui pénalisera principalement les milieux populaires. Les politiques austéritaires et l’accroissement de la TVA les obligeront à se serrer encore plus la ceinture. Cette politique constitue donc un frein à un objectif que nous considérons comme prioritaire : l’accès de tous à des produits alimentaires de qualité et pour la production desquels les agriculteurs et les salariés agricoles et des entreprises agro-alimentaires sont correctement rémunérés.

Dans l’agriculture même, les régimes fiscaux et sociaux actuels sont injustes, avec des taux de cotisation souvent plus élevés pour les plus petites exploitations que pour les grandes. Les exonérations de cotisations sur les plus-values encouragent par ailleurs au sur-investissement, à la croissance d’un modèle agricole productiviste destructeur des emplois et de l’environnement.

Dans l’agriculture, nous appelons à une refonte globale des systèmes fiscaux et sociaux, avec un régime plus juste progressif, déclaratif et simplifié, permettant à chacun de cotiser selon ses moyens et encourageant l’emploi et non la course au surinvestissement.

Liste des premiers signataires : Abderrahmane Bendafi, membre de la Condéfération paysanne des Bouches du Rhône – Jean-Pierre Boinon, professeur retraité d’économie agricole – Vasco Bossio, agriculteur récemment installé sans aides PAC, Drôme – Odile Carol, co-secrétaire du PG de l’Aude – Xavier Compain, dirigeant du PCF, ancien président du MODEF – Odile Delonca-Vivès, fille d’une arboricultrice décédée d’un cancer causé par des produits phytosanitaires, Dordogne – Françoise Dureau, enseignante agricole, Puy-de-Dôme – Romain Dureau, étudiant en agriculture, Puy-de-Dôme – Paule Frachon, PG Val-de-Marne – Henri Grac – Jean-Christophe Kroll, professeur d’enseignement supérieur agronomique – Raymond Leduc, membre fondateur de la Confédération paysanne Ile-de-France – Laurent Levard, responsable agriculture du Parti de Gauche – Alain Le Vot, responsable d’AMAP, Yvelines – Xavier Maunoury, paysan bio, Orne – Ambroise Mazal, membre de la commission agriculture du PCF – Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale Rhône-Alpes, membre du bureau de la commission agriculture et développement rural du Conseil régional – Albert Ody, paysan retraité, membre de la Confédération paysanne de la Mayenne – Gérard Pigois, syndicaliste de l’enseignement agricole public – Daniel Razzo, viticulteur, membre Condédération paysanne, co-secrétaire PG Aude – Maryvonne Rocheteau, PG Val-de-Marne – Laurence Sauvage, conseillère régionale PG Nord-Pas-de-Calais, Vice-présidente de la Commission Alimentation, régionalisation de l’agriculture et ruralité du Conseil régional – Patrick Simon, ingénieur agronome – Frédéric Tedesco, éleveur bio, adhérent Confédération Paysanne de l’Aude, Bernard Terris, consultant (Essone)

 

Pour la révolution fiscale !

28/11/2013

Appel de 100 personnalités à la marche du 1er décembre

Dimanche 1er décembre
Contre l’injustice fiscale et sociale
Pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA


L’injustice fiscale et sociale qui frappe notre pays est insupportable. Cette politique continue à entraîner le pays dans la stagnation économique, elle amène toujours plus de chômage et de licenciements. Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au patronat et en continuant la destruction des services publics et de la protection sociale. C’est inacceptable et cela bafoue le principe républicain d’un impôt juste. La hausse de la TVA prévue le 1er janvier en est l’exemple le plus scandaleux puisque prévue pour pallier une partie des 20 MDS d’Euros accordés au patronat sans aucune conditionnalité. La colère populaire contre les conséquences de l’austérité est juste et légitime. La droite, le Medef, l’extrême droite essaient aujourd’hui de la dévoyer. Leurs objectifs n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple : il ne faut pas les laisser faire.

Il est temps de réagir. C’est pourquoi nous nous joignons à l’appel à la grande marche du dimanche 1er décembre à Paris pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA. Cette marche, qui partira de Place d’Italie, se dirigera vers le « portique » de Bercy, symbole de la politique du gouvernement Ayrault, plus favorable au Medef et à la finance qu’aux salariés et à la grande masse de la population.

Cette manifestation aura lieu également au moment du vote du budget d’austérité auquel nous nous opposons et sur lequel nous appelons tous les parlementaires élus en juin 2012 pour faire une autre politique à voter non.

Il est temps pour ceux qui ont voulu la défaite de Nicolas Sarkozy, et enragent de voir sa politique continuer à être appliquée, de se mobiliser le plus largement possible dans l’unité la plus large afin d’imposer d’autres choix.

Les 100 premiers signataires :

Paul Aries, rédacteur en chef du mensuel les Z’indigné(e)s.
Gerard Aschieri, syndicaliste
Marc ASTASIE, Secrétaire Général CGT Pénitentiaire
Pierre Aucouturier Professeur des Universités – Praticien Hospitalier Université Pierre et Marie Curie
Ana Azaria, Présidente de Femmes Egalité
Richard Benarous, Directeur scientifique Biotechnologie

Nicolas Bénies, économiste
Alain Bihr, sociologue
Dr Hervé BOKOBZA, Psychiatre
Françoise Bonthoux, Professeur Emérite des Universités
Lionel Burriello, secrétaire général de la CGT Arcelor-Mittal
Bernard Cassen, Secrétaire général de Mémoire des luttes.
Alain CHABERT Psychiatre hospitalier, syndicaliste
Jean Chey: paysan syndicaliste, secrétaire national du MODEF
Xavier Compain , syndicaliste paysan,ancien président national du modef .
Jacques Cossart, Économiste
Pierre COURS-SALIES, Professeur émérite en sociologie
Claude Debons, syndicaliste
Del Volgo Gérard, compositeur.
Angélique Debruyne, syndicaliste sodimedical
Bernard Defaix, Convergence nationales des collectifs de défense et de développement des Services Publics
Sophie de Larochefoucauld, comédienne
Louis Dilasser ex secrétaire général du SYAC CGT Syndicat National du Ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la forêt et des établissement publics.
Cédric Durand universitaire
Txetx Etcheverry, Militant altermondialiste, Bayonne
Nathalie Ethuin, Maitre de conférences science politique
Guillaume Etiévant, économiste
Michèle Fernandez Musicienne
Pascale Feutrier, écrivain
David Flacher, économiste atteré membre d’Utopia
Jean-Pierre Fourré, ancien vice président de l’Assemblée nationale, député honoraire et gérant des Editions de Matignon
Hélène Franco magistrate syndicaliste
Bernard Friot, économiste
Claudine Galea, écrivain
William Gasparini, professeur université Strasbourg, sociologie du sport
Elisabeth Gauthier, Transform
Bertrand Geay, professeur de science politique à l’Université de Picardie
Susan George, écrivain
Jacques Généreux, économiste
Karl Ghazi, responsable syndical commerce
Jeannette Habel, politologue, universitaire
Jean-Marie Harribey, économiste
Michel Husson, Economiste
Marianne Journiac, syndicaliste CGT APHP
Patrick Kamenka journaliste syndicaliste snj cgt.
Medhi Kemoune syndicaliste Air France
Razmig Keucheyan, maître de conférences en sociologie, Paris-Sorbonne (Paris IV).
Pierre Khalfa, fondation Copernic
Stathis Kouvélakis, universitaire, King’s College Londres.
Frédéric Lebaron, sociologue
François Lanthéaume universitaire
La Parisienne Libérée, chanteuse
Anne Leclerc, éducatrice syndicaliste
Patrick Le Hyaric directeur de L Humanite
Matthieu Le Quang, Politologue.
Laurent Lévy, essayiste`
François Longérinas, journaliste, dirigeant de SCOP
Henri Maler, retraité de l’Education Nationale
Marc Mangenot, économiste Fondation Copernic
Roger Martelli, Directeur de la rédaction de Regards
Jean-Pierre Martin, psychiatre
Christiane Marty, féministe, membre du Conseil scientifique d’ATTAC
Xavier Mathieu, CGT ex Conti
Gérard Mauger, Sociologue, Directeur de recherches émérite CNRS.
Claude et Simone MAZAURIC, Professeurs émérites des universités
Caroline MECARY, avocate, Fondation Copernic
Claude Michel syndicaliste culture
Didier Minot, militant associatif, fondateur du Réseau des écoles de citoyens (RéCit)
Corinne Morel Darleux, membre de la Fondation Copernic
François Morin, économiste
Josiane Nervi  Maitre de conférences en mathématiques  Université de Starsbourg.
Jean ORTIZ, Universitaire
Henri Péna-Ruiz, philosophe et écrivain
Jean-René PENDARIES, sociologue
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, sociologues
Louis Pinto, sociologue, Directeur de recherches CNRS
Gilles Raveaud, économiste (Alternatives économiques)
David Ricatte syndicaliste Air France
Rosemay Rousseau, Syndicaliste USAP CGT
François Ruffin, journaliste
Luc Schaffauser, syndicaliste, responsable national
Philippe SCHEPENS, professeur à l’université de Franche-Comté
Jean-Paul Scot, historien
Lucien Sève, philosophe.
Evelyne Sire-Marin, magistrate, syndicaliste
Pierre Somme syndicaliste Conti
Mylène Stambouli, avocate, militante des Droits de l’Homme
Philippe Sultan, haut fonctionnaire
Jean-François Téaldi, journaliste, syndicaliste audiovisuel public »
Jean-Pierre Terrail, sociologue
Bernard Teper Journal Respublicae
Christian Topalov Directeur de recherche EHESS
Catherine Tricot, architecte
Boris VALENTIN, Professeur en archéologie.
Céline Verzelletti, responsable syndicale
Stephane Veyer, dirigeant de SCOP
Louis Weber Coordinateur de la rédaction de la revue Savoir/Agir
Serge Wolikow, historien, professeur émérite des Universités,
Malika Zediri militante association chômeurs et précaire

 

Pour la révolution fiscale !